Les frères Linhoff

Mai 2026J’ai réussi à me carapater du camp de redressement* où j’étais incarcéré depuis huit mois. J’avais été envoyé à Belitsa dans le cadre des accords Franco-Bulgare pour mater mes propos négatifs envers l’ordre et l’état que j’avais diffusés sur Facebook. C’est grâce au Réseau** que j’ai pu regagner la…

Lire la suite

De Vorkouta à Severodvinsk

Yegor est électricien au chantier naval Zvezdocka. Spécialiste des câblages électriques, il travaille actuellement au programme de mise en conformité du sous-marin B-369 Oulianov.  Depuis que l’armée Russe a décidé de moderniser sa flotte du nord, les chantiers de Severodvinsk tournent à plein régime. Vendredi 17 juillet 1998 – 7h15 La…

Lire la suite

J’aurais du partir à Vladivostok

Le hall de départ est bondé, en tout cas pour la taille de l’aéroport. Je pensais ne pas arriver trop tôt et embarquer au plus vite, même en dernier, quelques minutes avant la fermeture des portes, c’est raté. Deux heures à attendre dans la chaleur, le bruit et les odeurs…

Lire la suite

Périmètre interdit

29 juin 2018 L’arrivée Denneville est toujours paisible, voire même extrêmement paisible. Un vent de nord-est assez viril fait virevolter le sable par saccades régulières. Les pins sont chahutés, les fleurs s’arc-boutent, les ronces jubilent et mes oreilles sifflent. Il fait chaud, comme quand j’étais enfant, l’air a l’odeur du…

Lire la suite

Le Méjat

Sarlat, 10h30, vendredi 21 mai 1982 J’attends sous un soleil printanier l’autocar de la ligne sept, une grande femme rondouillette s’active devant moi. Elle tient de la main gauche une poussette bleu marine à quatre grandes roues rayonnées, pendant que son bras droit tournoie dans l’air, simulant la gifle que…

Lire la suite

Le bruit de la Mark Ten

5 janvier 1962 Le journal de la Manche est posé sur le coin de la table de la salle à manger, entre des épluchures de fromage de la veille, un pot de lait acheté chez Madame Lorite la crémière de la rue Bottin-Desylles et quelques couvercles de camembert vides. C’est…

Lire la suite

Denneville plage

29 juin 2018 L’arrivée Denneville est toujours paisible, voire même extrêmement paisible. Un vent de nord-est assez viril fait virevolter le sable par saccades régulières. Les pins sont chahutés, les fleurs s’arc-boutent, les ronces jubilent et mes oreilles sifflent. Il fait chaud, comme quand j’étais enfant, l’air a l’odeur du…

Lire la suite

Et pourtant l’herbe est toujours verte.

14 août Tout est collant, pourtant il ne fait que 17°, le soleil au-dessus du plafond de nuage ne permet pas d’assécher cette humidité odorante.  Dans la cour devant la maison, la toile cirée de table est ciselée de griffures de lames aiguisées, signe d’activités « festoyantes » propices aux rencontres humaines…

Lire la suite

L’homme sur la lune.

20 juillet 1969Encore trois semaines et j’aurais douze ans. Comme l’année passée, je suis de retour au Havre pour une partie de l’été, je suis chez ma grand-mère, une vieille grand-mère d’au moins quatre-vingts ans. Mamie est veuve, mon grand-père est mort il y a quatre ans, peut-être même plus,…

Lire la suite

Walton on the Naze

Quelle belle fin de journée, le brouillard retombe sur LH, il fait frais, j’adore.Il y a bien longtemps, quand je promenais à la nuit tombée mon chien Brim sur le bord de mer de Walton on the Naze, j’étais encore plus enveloppé qu’aujourd’hui par les volutes d’un « fog » envahissant. La lumières des…

Lire la suite

Partir en vacances

Il existe des endroits au monde perdus dans la nature, où vivent des gens simples, relativisant l’emprise du quotidien, réfléchissant à la construction de paradis impossibles, où toutes les pensées allumées, déjantées et sincères seraient bienvenues. Des lieux propices à philosopher sur le temps, la nature, les petits riens, les…

Lire la suite

Un nouveau jouet

Aujourd’hui je suis heureux, j’ai enfin pu m’acheter mon propre appareil photo avec ma première paie.J’ai remisé le vieux « Weltaflex » de mon père pour le remplacer avantageusement par un « Yashica Mat » flambant neuf que j’ai acquis au bout de la rue de Paris chez « Elmis ». Nous somme samedi 4 juin, il…

Lire la suite

L’automobile

En 1969, nous n’étions plus au Havre et Saint-Sauveur était loin. Papa nous emmenait dans ses errements au fil de changements de situation que je qualifierais de boiteuse, tout comme sa démarche difficile et sa jambe gauche trop courte pour filer droit.Cette année là, nous habitions Buais. Papa avait trouvé…

Lire la suite

Je vous écris de Stalingrad-sur-Mer

17 juin 1968 Chère Florence,Voilà maintenant un mois que je suis en résidence au Havre et je m’ennuie déjà de vous. Le tumulte du voyage, l’arrivée dans cette ville inconnue, ma prise de fonction retardée chez Renault n’ont pas altéré mes sentiments, vous me manquez. Le péripleLe départ de Győr*…

Lire la suite

Janvier 2016

Pierre Vassiliu disait, « encore un jour qui passe ». On est le premier janvier et 365 s’en sont écoulés. Autant de jours faits de petits bonheurs et de grandes tragédies. Une année qu’on aurait aimé différente, plus harmonieuse et d’une tolérance universelle.J’ai encore fait plein de photographies, ma famille, des gens,…

Lire la suite

Les cuisses de Marie

1970 Vendredi 3 juillet Cet après-midi les cantonniers ont tendus des ampoules de part et d’autre de la place de l’église, poussant même la décoration jusqu’à la salle des fêtes à côté des grilles du cimetière. Il est 22 heures, on est tous dehors pour voir les belles lumières vertes,…

Lire la suite

Auto-portrait 1978

Nous sommes le 7 août, j’ai entendu ce midi à la radio qu’un coup d’état venait de se produire au Honduras. C’est loin d’ici le Honduras. D’ailleurs, je ne sais pas exactement où cela se situe, en haut, au milieu ou en bas de l’Amérique latine. Il faudra que je…

Lire la suite

Merci Kodak

Inconnu des jeunes photographes, la Kodachrome évoque un glorieux passé photographique pour les plus de 40 ans. Mes copains et moi faisions généralement des photos en noir et blanc, parce que ce n’était pas cher, qu’on pouvait faire les développements soit même et surtout, on voulait s’identifier à Jeanloup Sieff ou Ralf…

Lire la suite

Mon frère

Le sable est brûlant, je cours en sautillant, pensant que j’aurai moins mal aux pieds, la dune me semble haute, j’ai l’impression de reculer à chaque pas et je n’ai pas fait attention aux chardons. Sur une jambe je cherche l’équilibre pour enlever les épines logées sous mon talon, mon…

Lire la suite

Octobre 1913

L’oncle Louis est arrivé pour une courte visite de 2 jours. Il devait passer nous voir au début de l’été, mais son travail de photographe à la capitale ne lui permit pas. Nous habitons dans la campagne près de Belleville-sur-Meuse, le train de Paris  est arrivé ce matin à 8h30…

Lire la suite

Je m’appelle

Je m’appelle Karl, je suis né à Cologne il y a 21 ans d’une mère Togolaise et d’un père Allemand. Maman a fuit Dapaong en 1989 pour échapper à la répression qui touchait les opposants politique au président Etienne Gnassingbé Eyadena. Maman a toujours rêvé d’un Togo démocratique, sans le…

Lire la suite

Le photographe est arrivé… pour la battue

Dans deux jours nous serons le 8 août, jour de mon anniversaire. J’ai toujours attendu avec impatience cette date en espérant avoir plein de cadeaux. Un tracteur téléguidé, un circuit 24 avec stands et virages relevés, une boite à pyrogravure, des patins à roulettes réglables, une trottinette à grandes roues,…

Lire la suite

La DS

Debout dans l’encoignure de la fenêtre du salon, dressé sur la pointe des pieds, j’aperçois la voiture de papa en bas dans la rue. Elle est garée devant le fromager, Monsieur Chénisse. Comme je suis en hauteur, je ne vois que le toit et le long capot. J’espère que cet…

Lire la suite

L’école buissonnière

Les grandes vacances sont terminées depuis un mois, je ne suis plus à l’école de Saint-Sauveur, j’habite maintenant loin de mes copains. Mal assis entre de vieux meubles poussiéreux et des piles de lourd cartons, je pense à l’été passé, dehors il fait encore beau, je pourrais être avec les…

Lire la suite

La photo

Quant j’ai eu 14 ans, mon père m’a offert mon premier vrai appareil photo, un Canon TLB. Fini la boîte en plastique noir avec de la pellicule 6×6 et l’instamatik Kodak «soleil ou nuage», j’avais un un appareil de grand, des vitesses et des diaphragmes, totalement incompréhensible mais génial. Ce…

Lire la suite

Le Fauteuil

Je suis bien calé dans l’un des fauteuils du salon, celui-ci est confortable avec des accoudoirs en bois, l’assise est recouverte d’un tissus de vieux velours cramoisi. La maison à des murs très épais, sauf aux fenêtres, cela forme une sorte d’alcôve et ma tante a placé deux sièges en…

Lire la suite

Si Lindbergh m’avait vu.

Toute ma vie j’ai rêvé de voyager, quand j’étais petit, je lisais Jules Verne et son « Voyage au centre de la Terre ». J’avais envie de découvrir l’Islande et de trouver de quel endroit était parti Axel Lidenbrock pour sa fabuleuse aventure. J’ai idéalisé d’autres destinations, autant de lieux où j’aurais…

Lire la suite

Mon ami Coco

On est là, tous les deux devant l’église, il fait beau mais très froid. je j’ai jamais vu autant de monde dans le village, Coco me parle des amis, de la vie, de la vitesse à laquelle elle passe. « Ça désherbe sec en ce moment,  faut qu’on fasse des trucs,…

Lire la suite

Gilles l’horloger

Aille, barillet, coussinet, échappement, foudroyante, marteau, roue… une poésie de mots pour un rêveur idéaliste. Gilles Gaignoux n’était pas prédisposé à devenir horloger. Rébellion familiale et amour de la nature lui font quitter rapidement le Havre pour devenir berger après l’école agricole. Quelques années de solitude à surveiller et soigner…

Lire la suite

Le temps des ASA

Claude et Pierre L’un est une figure incontournable de la vie d’un photographe havrais depuis 35 ans (Claude), l’autre fut mon professeur de photographie à l’époque où j’étais à l’école d’Art (Pierre). Claude Guignery a vendu tout ce qui existe comme appareils photo, objectifs et accessoires divers. Je l’ai connu…

Lire la suite

17 juillet 1969

Je fais découvrir le Havre à des amis parisiens, quoi de plus flatteur que de monter à Sainte Adresse, rue du Président Félix Faure pour admirer la vue. C’est amusant de voir à quel point l’image de cette ville est peu flatteuse de prime abord, il fallut discuter ferme pour…

Lire la suite

Voyage de poussière

Abandon, destruction, gravas, atmosphère lugubre, je me promène dans des immenses halls, je ferme les yeux et tente de reconstruire dans ma tête ce que fut le passé des bâtiments désaffectés qui m’entourent. Je m’imagine quelques années avant la seconde guerre mondiale, quai Joannes Couvert, dans la grande gare maritime,…

Lire la suite